Bac 2018 : des lycéens privés de leur calculatrice pendant l’épreuve de physique-chimie

Lucas Hayas (CC BY-SA 2.0)

Des lycéens se sont vu interdire l’utilisation de leur calculatrice scientifique pendant l’épreuve de physique-chimie du bac ce jeudi 21 juin, au motif qu’ils consultaient des antisèches. Le sujet précisait que « l’usage de tout modèle de calculatrice, avec ou sans mode examen, est autorisé », faisant suite à une décision du ministère, en février, de reporter l’obligation, à compter du bac 2018, du mode examen sur les calculatrices (qui neutralise l’accès à leur mémoire), prévue par une circulaire de 2015.

« Des incidents sont survenus dans quatre lycées de l’académie de Lille avec le retrait définitif ou provisoire par des surveillants de leur calculette à un certain nombre de candidats », précise le ministère de l’éducation nationale, tout en indiquant que des « consignes de correction » seront données aux professeurs.

C’est le cas au lycée Pierre Forest de Maubeuge. « Après trente minutes d’épreuve le proviseur est venu dans notre salle et nous a dit que toute personne possédant son cours dans sa calculatrice serait reporté en situation de fraude, détaille l’un des candidats de l’établissement. Il nous a ensuite demandé de supprimer l’intégralité des programmes de notre calculatrice. » Dans la salle, de nombreux élèves s’exécutent.

Une rupture du principe d’égalité entre les candidats

Mais certains refusent, plaidant le fait que rien dans le sujet ne leur interdit d’utiliser leur calculatrice. « Le proviseur a confisqué les calculatrices de ceux qui ne supprimaient par leurs programmes, poursuit l’élève de terminale s. Il a aussi demandé à des élèves de passer leur calculette en mode examen. »

À la sortie de l’épreuve, des candidats et leur famille contactent le rectorat de Lille pour remonter l’incident et dénoncer une rupture du principe d’égalité (les candidats des autres centres d’examen ayant pu composer avec leur propre calculatrice). L’élève de terminale publie son témoignage sur le forum TIPlanet, spécialisé de l’univers des calculatrices scientifiques.

Contacté, Christian Israël, proviseur du lycée, se défend de toute rupture du principe d’égalité. « Très rapidement après le début de l’épreuve, nous nous sommes rendus compte que plusieurs candidats avaient rentré leurs cours dans leur calculatrice et recopiaient tels quels des questions de cours, explique-t-il. Nous les avons avertis qu’ils pouvaient être sanctionnés et pour éviter que d’autres candidats ne soient sanctionnés nous avons demandé à l’ensemble des élèves de supprimer les programmes de leur calculatrice. »

Ceux n’arrivant pas ou ne voulant pas supprimer leurs programmes se sont vus proposer deux alternatives ; activer le mode examen ou utiliser une calculatrice collège prêtée par le lycée. « L’idée était d’éviter que les élèves ne se retrouvent en situation de fraudes et que nous ne devions faire de multiples rapports d’incidents. »

« Des consignes de correction seront données aux correcteurs »

Au lycée Sophie Berthelot de Calais, d’autres candidats ont vécu la même mésaventure. Antoine, élève de terminale s et l’une de ses camarades se sont faits confisquer leur calculatrice quelques minutes après le début de l’épreuve. « Quelqu’un m’a pris ma calculette durant l’épreuve, a-t-il confié à Thomas Dagbert, journaliste à Nord Littoral. Quand je leur ai demandé pourquoi, ils m’ont dit que c’était considéré comme de la triche. » L’élève indique avoir été privé de sa calculatrice pendant 2h avant qu’une calculatrice de « type collège » ne lui soit proposée.

« Ils ont pris en photo la programmation de ma calculatrice et j’ai signé un rapport mais j’étais sous le choc », poursuit-il. Stressé, le candidat n’a pas bien réussi l’épreuve. Contactée par nos soins, la proviseure du lycée apporte des détails sur l’incident. « Une heure après le début des épreuves, un surveillant nous a signalé que plusieurs élèves recopiaient des définitions depuis leur calculatrice, explique-t-elle. Après avoir constaté les faits, nous avons contacté les services du rectorat de Lille qui nous ont donné la consigne de confisquer les calculatrices des élèves concernés. » Pour permettre aux deux lycéens de poursuivre leurs épreuves l’établissement leur a remis deux calculatrices scientifiques.

Du côté du ministère de l’éducation nationale, ces faits sont pris très au sérieux. « Afin qu’aucun candidat ne soit lésé, des consignes de corrections seront données aux correcteurs des copies concernées pour leur permettre de respecter le principe d’égalité de traitement des candidats. Des consignes spécifiques seront également données aux présidents des jurys lors des délibérations », explique-t-on rue Grenelle.

Ces différents incidents, s’ils constituent des ruptures du principe d’égalité entre les candidats, posent également la question de l’interprétation des textes réglementaires concernant les calculatrices. Rien dans les circulaires officielles n’interdit aux candidats de rentrer leurs cours dans leur calculette. « Les lycéens peuvent utiliser l’intégralité des fonctionnalités de leurs calculatrices‘ », rappelle aussi le ministère. Ce qui n’a pas empêché plusieurs responsables de l’académie de Lille de voir dans leur utilisation une fraude.

L’année prochaine, ce type de situation ne devrait pas se reproduire, si la circulaire rendant le mode examen obligatoire sur les calculatrices entre bel et bien en vigueur.

Guillaume Ouattara, blogueur-invité Le Monde Campus