Bac philo 2017 : comment les sujets des séries technologiques ont fuité

École polytechnique – J.Barande (CC BY-SA 2.0)

Le bac 2017 a commencé, jeudi 15 juin, par un gros couac : en philosophie, les candidats des filières technologiques (bac STMG, ST2S…) ont dû plancher sur des sujets de secours. La raison ? Les sujets initialement prévus ont fuité la veille de l’épreuve.

Toute la matinée, les spéculations sur l’origine de cette fuite sont allés bon train. Vol de sujet ? Hack de l’ordinateur d’un concepteur ? En réalité pas du tout. Après enquête, il apparait que les sujets prévus jeudi matin en métropole se sont retrouvés, mercredi soir, sur le site d’info de « Guadeloupe 1ère », chaîne du groupe France Télévision dédiée à l’Outre-mer.

Une affaire d’en-tête

L’article de la fuite

Si les élèves de métropole commencent le bac ce jeudi, les élèves d’Antilles-Guyane ont composé hier sur la Philo. Et comme il est de coutume après une épreuve du bac, les sujets ont été repris et publiés sur divers médias locaux.

A 17h59, mercredi 14 juin, le site Guadeloupe Première propose aux internautes de consulter l’intégralité des sujets au format PDF. Sur le site, on retrouve les sujets des bacs S, ES, L et technologiques tombés dans l’Académie Antilles-Guyane. Mais très rapidement, Xavier Andréani, professeur et administrateur du forum TI-Planet, détecte un problème : l’en-tête du sujet des filières technologiques ne correspond pas aux autres sujets.

« Le repère sur le sujet était 17PHTEMLR1, nous détaille-t-il, or c’est le repère traditionnellement réservé aux sujets du bac de Métropole. Le repère correct aurait dû être  17PHTEAG1 » .

Un problème d’en-tête

« L’artiste doit-il répondre aux attentes du public ? » et « N’échange-t-on que des choses ? » sont les deux questions qui apparaissent sur ce sujet. Mais en réalité, les candidats des filières technologiques d’Antilles-Guyane ont planché, hier, sur deux autres questions : « serions-nous plus libres sans les lois ? » et « A-t-on besoin des autres pour trouver la vérité ?».

Immédiatement, le professeur procède à un signalement auprès de la mission de pilotage des examens. Son interlocuteur, au téléphone, n’est pas au courant de la situation et lance une enquête. L’affaire est prise très au sérieux par le Ministère.

Une impression de nouveaux sujets en urgence

Le sujet original

A 19h09 hier soir, soit 2h après la publication initiale, l’article est modifié une première fois. Le lien vers le sujet disparaît,  mais l’une des questions reste citée dans l’article.

20h42, nouvelle modification : le lien de téléchargement réapparaît, mais cette fois le repère a été effacé. « Je pense qu’à ce moment précis la décision a été prise de modifier les sujets de Métropole, explique Xavier Andréani. La modification vise sûrement à limiter les vagues à la veille de l’épreuve, de façon bienveillante pour ne pas stresser les candidats ».

23h49, dernière modification de l’article. Cette fois, les bons sujets viennent remplacer les sujets de Métropole.

Le soir-même, l’ordre est donné à tous les rectorats de faire imprimer en urgence les sujets de secours. Ce matin en arrivant, certains élèves ont reçu leur sujet avec 1h de retard, le temps que les sujets de secours parviennent à leur lycée.

Des questions restent posées

Ainsi, on est loin d’une fuite majeure entre candidats, comme certains le redoutaient. Mais une question demeure : comment se fait-il que ces sujets aient été communiqués aux médias locaux ? Mystère… Contactée, la rédaction de Guadeloupe Première renvoie la balle au rectorat de l’académie de Guadeloupe « c’est eux qui pourront vous expliquer ce qu’il s’est passé », nous glisse-t-on, avec malice. Le Ministère quant à lui n’a pas souhaité donner davantage de détails, précisant simplement qu’une « enquête était en cours ».

Mais l’affaire rappelle étrangement un cas similaire qui s’était produit à la session du bac 2015. L’académie de La Réunion avait, par erreur, envoyé les sujets de Philo du bac technologique à toutes les rédactions 4h avant le début des épreuves. A l’époque, l’Académie avait fait appel « à la loyauté et au civisme » des médias pour ne pas divulguer les sujets. Les sujets de secours avaient été utilisés pour les candidats de La Réunion seulement, les risques d’une diffusion en métropole étant jugés  « extrêmement limités » . Cette année, les sujets ayant été publiés sur un site accessible à tous, y compris en métropole, c’est l’option sujet de secours qui a été retenue.

Guillaume Ouattara

 >>>Lire aussi : Une première fuite aux épreuves expérimentales du Bac 2017

>>>Lire aussi : Fuites aux épreuves expérimentales du bac 2017 : l’enquête du Ministère s’annonce compliquée

Rendez-vous sur Facebook et sur Twitter pour suivre mes prochaines publications.

Fuites au bac 2017 : l’enquête de la Gendarmerie s’annonce difficile

École polytechnique – J.Barande (CC BY-SA 2.0)

Comment 20 sujets et corrigés des épreuves expérimentales (TP évalués) du bac de Physique-Chimie se sont-ils retrouvés en vente à 20€ sur internet une semaine avant le début des épreuves ? Combien d’élèves ont-ils pu accéder à ces documents ?  Et surtout, qui se cache derrière cette nouvelle fuite au bac ? Ce sont autant de questions qui se posent depuis que le Ministère de l’Education Nationale a confirmé, ce dimanche, les soupçons de fuite que nous avions été les premiers à révéler sur ce blog la semaine dernière.

Lundi, le Ministère a annoncé qu’une plainte avait été déposée auprès du pôle judiciaire de la Gendarmerie Nationale. Mais d’après les premiers éléments que nous nous sommes procurés, l’enquête s’annonce plus compliquée que prévue tant l’auteur de la fuite a fait preuve de prudence pour rester anonyme…

Un temps de réaction trop long

Premier cafouillage : le temps de réaction du Ministère. Il a fallu 6 jours à la mission de pilotage des examens pour répondre à un signalement effectué par un enseignant ayant détecté les fraudes.

Conséquence ? L’auteur des fuites, qui se fait appeler « Alex9775 », a eu le temps d’effacer toutes ses traces numériques. Suppression des messages incriminés, désactivation des pages Facebook proposant les sujets : c’est comme s’il n’avait jamais existé.

Autre conséquence : les 2 sujets communiqués par le jeune homme pour corroborer sa fuite ont, eux aussi, disparu d’Internet. Hébergés sur le site WeTransfer le 27 mai, ils étaient programmés pour s’effacer après une semaine. Difficile, donc, pour les enquêteurs de remonter jusqu’à l’auteur de la fuite par ce biais.

L’étrange profil du « fuiteur »

Mais qu’est ce qui a bien pu pousser « Alex9775 » à supprimer toute trace de son passage ? William, administrateur d’un groupe Facebook de révision du bac S, croit connaître les raisons de ce revirement soudain.

« Quand j’ai vu passer ses messages disant qu’il vendait des sujets du bac, je l’ai immédiatement contacté, explique-t-il. Je lui ai dit qu’il fallait qu’il arrête de poster sur mon groupe, que ça n’était pas légal. Il semblait tomber des nues et m’a demandé ce qu’il risquait. Quand je lui ai parlé des poursuites judiciaires, ça l’a refroidi ». Trois ans de prisons et 9000€ d’amende. C’est ce que risque, au minimum, Alex.

« J’arrête tout », a-t-il déclaré à William avant de tout effacer. Dès lors, on serait presque tenté de croire que l’auteur de cette fuite est un lycéen naïf ayant voulu se faire un peu d’argent sans vraiment avoir conscience de la gravité de ses actes…

Dès le début l’auteur des fuites a masqué toutes ses traces

Mais cette thèse du lycéen naïf ne résiste pas à d’autres éléments d’enquête que nous nous sommes procurés. En réalité, dès le début le jeune homme a cherché à masquer ses traces.

Capture d’écran de la page Facebook proposant les sujets

Tous les messages postés sur Facebook se sont faits sous une fausse identité. Les paiements des sujets et des corrigés ont été effectués via une plateforme anonyme, « paysafecard ». L’internaute invitait ses correspondants à lui fournir des codes que l’on peut se procurer contre espèces chez un marchand de journaux. De quoi éviter de tracer l’argent. Enfin, ses messages sur le forum TI Planet ont été postés avec de fausses adresses IP (d’identification des ordinateurs) localisées tantôt en Finlande, tantôt en Espagne. Un brouillage des pistes qui a de quoi sérieusement compliquer la mission des enquêteurs.

Contacté, le Ministère de l’Education Nationale a indiqué que l’enquête suivait son cours. L’auteur de la fuite n’a, pour l’heure, pas été identifié et les services de Gendarmerie cherchent à déterminer l’ampleur de la fraude.

La question qui se pose, désormais, est celle de la validité des épreuves. On se souvient qu’en 2011, le gouvernement avait décidé d’annuler un exercice de maths du bac S qui avait fuité sur internet, évoquant alors une « rupture d’égalité entre les candidats ». Qu’en sera-t-il cette année avec ces ECE de Physique-Chimie ? « Aucune décision n’a été prise pour le moment », fait-on savoir au Ministère.

Guillaume Ouattara

Lire aussi notre enquête sur l’itinéraire de cette nouvelle fuite au bac 2017

Rendez-vous sur Facebook et sur Twitter pour suivre mes prochaines publications.

Premiers soupçons de fuite au bac 2017

École polytechnique – J.Barande (CC BY-SA 2.0)

Le coup d’envoi des écrits du bac 2017 se fera le jeudi 15 juin avec l’épreuve-reine de Philosophie. Mais depuis le mardi 6 juin, les élèves de terminale S de toute la France planchent sur les ECE, épreuves d’évaluation des compétences expérimentales. Organisés en SVT et en Physique-Chimie, ces TP évalués comptent pour 4 points dans la note des candidats au bac.

Courant mai, le Ministère a envoyé les 20 mêmes sujets à tous les lycées de France pour la SVT et la Physique. Et les consignes d’organisation de cette épreuve sont strictes ; les 20 sujets de chaque matière doivent être conservés par les chefs d’établissement et les professeurs dans le plus grand des secrets. Problème ? Depuis plus d’une semaine, les 20 énoncés et corrigés de Physique-Chimie sont en vente sur internet…

Des sujets en vente sur Facebook

« Avis à toutes les terminales s, grosse fuite sur les sujets officiels de TP Physique-Chimie. Sur cette page se trouvent tous les sujets de Physique Chimie, c’est incroyable ». C’est par ce message racoleur que le lundi 29 mai un certain Borris fait sa publicité sur un groupe Facebook de révision des épreuves du bac 2017. La veille, c’est sur le chat du forum TI-Planet, fréquenté par des lycéens, qu’un certain Alex poste des messages similaires : « j’ai trouvé un truc de fou pour obtenir les TP de Physique Chimie, c’est du sûr à 100% ».

Dans les deux cas, les internautes renvoient vers une page Facebook, supprimée depuis, sobrement intitulée « TP Physique 2017 ». Sur cette page, les administrateurs assurent disposer de « tous les sujets de physique pour la session 2016-2017 » qu’ils proposent d’envoyer aux candidats pour la modique somme de… 20 euros ! Et de préciser : « des centaines de lycéens en profitent ».

Capture d’écran de la page Facebook proposant les sujets

Xavier Andréani, professeur de mathématiques et administrateur du Forum TI-Planet, est le premier à avoir détecté ces échanges. Il est d’abord dubitatif. « Tous les ans on voit passer de fausses fuites, des petits malins qui s’amusent à faire croire qu’ils ont quelque chose. Alors j’ai cru que cette année encore quelqu’un s’amusait à surfer sur la tendance des fuites pour se faire de l’argent, ça ne me paraissait pas très sérieux ». Par acquis de conscience, et après avoir supprimé les messages en question, l’administrateur contacte l’un des internautes pour en savoir plus.

« Les sujets qui ont fuité sont authentiques »

« L’internaute en question m’a répondu assez rapidement, détaille Xavier, il voulait à tout prix me prouver qu’il disposait bien des sujets ». Le dénommé « Alex » commence, donc, par lui envoyer une capture d’écran du dossier censé contenir les sujets et corrigés des ECE de Physique-Chimie. Et ce que Xavier découvre dans cette capture le laisse dubitatif : « sur l’image on peut voir un dossier « Consignes » et des dossiers révélant 20 codes de sujets numérotés entre 401 et 523 ». Un format de numéros correspondant à ce qu’on a pu observer les années précédentes. Mais en soi, pas suffisant pour établir une fuite. « Tout le monde peut s’amuser à créer de faux dossiers avec des numéros », glisse l’administrateur du forum.

Capture d’écran du dossier vendu sur Facebook

Mais quelques minutes plus tard, le même Alex revient à la charge. Cette fois pour prouver sa bonne foi et la véracité de ses documents il envoie à Xavier et à un autre membre du forum deux sujets complets de Physique : Identification des diastéréoisomères et Mesure d’une vitesse par une image et par le son. Les sujets en question, au format PDF, font 7 pages chacun. « Il s’agit de l’énoncé réservé aux élèves », détaille Xavier Andréani. Selon lui, ces documents sont d’authentiques sujets du bac : « les énoncés avaient le bon format, le bon en-tête. Ils ne correspondent pas aux épreuves des années précédentes et je n’ai trouvé aucune trace du texte sur Google. Je pense que l’on est face à une véritable fuite », poursuit-il.

Et l’internaute d’expliquer à l’administrateur la façon dont il se serait procuré ces 20 sujets (et leur correction) : « j’ai réussi à pirater le compte de mon prof de physique ». C’est aussi simple que ça. Xavier Andréani envoie immédiatement un signalement à la Mission de pilotage des examens. « Je constate depuis ce samedi 27 mai au soir, sur plusieurs sites Internet fréquentés par des lycéens candidats au Baccalauréat, des agissements qui m’ont interpelé, commence-t-il. Une ou plusieurs personnes qui font de la publicité pour une page Facebook disposant selon elles des dossiers d’ECE 2017 de Physique-Chimie, en version complète avec les fiches évaluateur ». Le temps presse. On est alors à une semaine du début des épreuves et les sujets sont en vente sur internet. Mais son signalement restera sans réponse dans un premier temps…

Les soupçons de fuite se confirment

Théoriquement, il aurait fallu attendre le mardi 6 juin, date officielle du début des épreuves, pour savoir si le contenu de cette fuite était vrai ou s’il s’agissait d’un énième fake. Mais dans les faits, dès le 1er juin des premiers lycéens planchent, en avance, sur les ECE et communiquent leurs sujets sur le forum TI Planet. Et surprise : l’identification par diastéréoisomère et la mesure d’une vitesse par une image et par le son font bien partie des sujets sur lesquels certains candidats sont interrogés. La fuite est avérée.

« Je suis resté bouche bée quand j’ai vu que les sujets sur lesquels avaient composé les lycéens étaient ceux dont je disposais depuis plusieurs jours. Si ces deux sujets sont exacts, alors les 18 autres en vente doivent, eux aussi, être bons », lâche le prof, dépité.

Témoignage d’un candidat passé sur 2 des sujets ayant fuité

En l’état, difficile de savoir combien d’élèves ont pu avoir accès aux documents issus de la fuite présumée. La page Facebook a été supprimée quelques jours après sa création, mais elle se targuait d’avoir vendu les sujets à plusieurs centaines d’élèves. Le 6 juin, les soupçons de fuite se confirment. D’autres témoignages de lycéens permettent d’établir que les sujets communiqués par l’internaute sont tombés. William, administrateur d’un groupe Facebook de révision du bac explique : « les premiers témoignages que nous recueillons confirment que les sujets en notre possession depuis une semaine sont issus d’une fuite ».

Une enquête en cours au Ministère de l’Education Nationale

Ce n’est pas la première fois que ces épreuves expérimentales font parler d’elles. En 2013, le rectorat de Toulouse avait publié, par erreur, les intitulés complets des épreuves de SVT. Le Ministère avait, à l’époque, minimisé l’affaire en précisant que seules les capacités expérimentales des élèves étaient évaluées. Mais il est vrai que baser ses révisions sur 20 intitulés plutôt que sur les 60 TP au programme simplifiait grandement la tâche des lycéens. Cette année, outre les intitulés, ce sont les sujets complets et les corrigés qui sont en vente sur internet. Une fuite de bien plus grande ampleur qu’il y a 4 ans.

Contacté, le Ministère a indiqué qu’« une enquête est en cours sur les faits survenus ». Rue Grenelle on cherche toutefois à minimiser son impact. « Les ECE visent d’abord à apprécier la capacité du candidat à mener une démarche scientifique dans l’environnement du laboratoire, écrit le Ministère. Ce sont les compétences expérimentales qui sont prioritairement évaluées ». Reste qu’avec les sujets et les corrigés, un candidat part avec un bon coup d’avance. Le Ministère précise toutefois : « puisque cette épreuve évalue d’abord des compétences pratiques en situation,  il est envisagé, pour réduire les incidents, de mettre en place à l’avenir une banque annuelle de sujets nationaux, qui seront rendus publics ».

Une grande partie des candidats planchera jusqu’à vendredi sur les épreuves expérimentales. Nul doute que ceux d’entre eux s’étant entraînés sur les vrais sujets et les corrections auront plus de facilités pour mener à bien ces épreuves du bac.

Guillaume Ouattara, blogueur-invité de la rédaction du Monde

Rendez-vous sur Facebook et sur Twitter pour suivre mes prochaines publications.